loi-pinel-bretagne.jpg

Amitiés Kurdes de Bretagne

jeudi 6 février 2014
par Amitiés kurdes de Bretagne
Turquie : Erol Özkoray, auteur du « Phénomène Gezi » devant les tribunaux
Actualité politique
Le parc Gezi d’Istanbul a été, en juin dernier, l’épicentre d’un vaste mouvement de contestation anti-gouvernementale qui a surpris le monde tant par la diversité de ses revendications que par son ampleur. La répression violente qui a suivi – 6 morts et 8 500 blessés - a suscité la désapprobation internationale et a sans doute privé la Turquie d’être le pays organisateur des Jeux olympiques en 2020. Un procureur d’Istanbul a convoqué le 27 septembre les époux Özkoray et les a mis en examen pour "insultes à des fonctionnaires de l’Etat" suite à la publication, le 1er août 2013, de "Gezi Fenomeni" (Le

mercredi 29 janvier 2014
par Amitiés kurdes de Bretagne
Participation solidaire à la 20e mission des AKB au Kurdistan de Turquie - appel aux dons
Délégations AKB au Kurdistan
L’association AKB a créé une caisse de solidarité, un fonds social spécial pour aider de jeunes militants de l’association à participer à sa 20e mission au Kurdistan de Turquie. Cette rencontre avec la réalité kurde est très importante pour poursuivre les activités entreprises tant ici, en Bretagne, qu’au Kurdistan même : citons pour mémoire la coopération avec un atelier de tissage de kilim à Hakkari et les ateliers photos avec les enfants de Diyarbakir. Les informations et les témoignages recueillis auprès de contacts sérieux, anciens pour certains, mais sans cesse renouvelés, sont indispensables pour

mercredi 29 janvier 2014
par loi Pinel Bretagne
20e mission des AKB au Kurdistan de Turquie
Délégations AKB au Kurdistan
C’est décidé, les Amitiés kurdes de Bretagne (AKB) vont envoyer pour la 20e fois une mission au Kurdistan de Turquie. C’est en effet en 1994 que la Délégation rennaise Kurdistan - avant de devenir Amitiés kurdes de Bretagne en 2006 - formée alors de quatre Rennais, se rendit dans la région de Diyarbakir pour servir en quelque sorte de gardes du corps aux journalistes et militants des droits de l’homme qui pouvaient à peine traverser la rue tant la pression militaire et policière était grande et ostentatoire. Vingt ans plus tard, on peut dire que des progrès ont été réalisés au prix d’énormes

dimanche 26 janvier 2014
par Amitiés kurdes de Bretagne
François Hollande en Turquie
Soutien aux mouvements démocratiques
La presse ne manque pas l’occasion de le souligner : c’est le premier voyage officiel du Président de la République française en Turquie depuis le voyage de François Mitterrand en 1993 et surtout quelques mois après la violente répression des manifestations de la place Taksim à Istanbul. Pour Le Monde daté du 11 janvier, le timing provoque la colère des démocrates turcs. En se rendant à Ankara pour signer quelques contrats, M. Hollande légitimerait, selon eux, le pouvoir autoritaire et contesté de M. Erdogan, à l’heure d’une nécessaire remise à plat. En tentant de se rapprocher de la Turquie au moment

vendredi 24 janvier 2014
par Amitiés kurdes de Bretagne
Genève 2 sans les Kurdes, c’est un remake du traité de Lausanne de 1923
Analyses & points de vue
Le traité de Lausanne de 1923 avait ignoré les Kurdes et avait notamment biffé d’un trait de plume des dispositions du traité de Sèvres de 1920, qui prévoyait un Kurdistan réunissant les Kurdes d’Irak, de Turquie, de Syrie. Il faut dire que les Kurdes avaient été exclus de la conférence et que c’était Mustafa Kemal, le futur Atatürk (« père des Turcs »), qui était chargé de les représenter. De ce mépris affiché, tant par les puissances européennes que par la Turquie, est née une immense frustration engendrant de nombreuses révoltes qui ne cesseront pas, il faut bien se le dire, avant la reconnaissance des droits

lundi 20 janvier 2014
par Amitiés kurdes de Bretagne
À Montpellier : journée de l’avocat menacé
Soutien aux mouvements démocratiques
A l’occasion de la journée de l’avocat menacé, qui se tient chaque année le 24 janvier 2014 et apporte son soutien aux avocats opprimés pour leur travail de défense, la Ligue des Droits de l’Homme de Montpellier, l’Institut des Droits de l’Homme du Barreau de Montpellier et le Syndicat des Avocats de France organisent les Rencontres autour de la journée de l’avocat menacé. Il s’agit de décrypter les mécanismes qui permettent d’attaquer la défense, en l’occurrence les 47 avocats kurdes et turcs (ainsi que 3 personnels de leurs cabinet et un journaliste) interpellés le 21 novembre 2011 et dont 11 sont encore

samedi 18 janvier 2014
par Amitiés kurdes de Bretagne
« Ben U Sen, l’âme kurde » s’expose à Servon-sur-Vilaine
Soutien aux Kurdes... là-bas
Le quartier de Ben U Sen occupe un vallon au pied des remparts de Diyarbakir, au sud-est de la Turquie. C’est une communauté d’environ 18 000 âmes, en majorité des familles venues des villages kurdes rasés par l’armée dans les années 1990, mais aussi des Tziganes et, depuis peu, des réfugiés arrivés de Syrie. Ben U Sen est un quartier auto-construit : un « bidonville ». Pauvre, mais solidaire et autonome. La tradition paysanne, fondement de l’identité des Kurdes, s’y perpétue. Il approvisionne les marchés voisins en légumes et en viande. Les espaces publics y sont, autant que des couloirs de circulation,

jeudi 16 janvier 2014
par Amitiés kurdes de Bretagne
« Le meurtre des trois Fidan à Paris : toute la vérité sur Omer Güney »
Rojbin, Sakine et Leyla
Un étrange enregistrement court sur le net dont on peut traduire le titre par : "le meurtre des trois Fidan à Paris, toute la vérité sur Omer Güney". Il s’agit d’un document de 40 diapositives servant de support visuel à un enregistrement de plusieurs voix sensées être celles d’Omer Güney, le suspect n°1 dans le meurtre des trois militantes kurdes, de deux autres personnages présentés comme étant membres des services secrets turcs (MIT) qu’on appellera MIT1 et MIT2 et celle bien entendu de celui qui a mis en ligne ce document sonore, qui se présente comme un proche d’Omer Güney et qu’on appellera X. «

lundi 13 janvier 2014
par Amitiés kurdes de Bretagne
Vérité et justice pour les trois militantes kurdes assassinées
Rojbin, Sakine et Leyla
Des milliers de Kurdes (13 000 selon la police, 30 000 selon les organisateurs) venus de toute l’Europe, ainsi que de Français, dont une délégation des Amitiés kurdes de Bretagne (AKB), ont défilé samedi dans les rues de Paris et tenu meeting sur la place de la République pour crier leur indignation, toujours aussi vive, un an après l’assassinat de trois militantes kurdes, dont Fidan Dogan, bien connue en Bretagne sous le nom de Rojbîn. A l’heure où le nom de Nelson Mandela est sur toutes les lèvres, il est impossible pour les Kurdes et ceux qui les soutiennent de ne pas faire le rapprochement entre

jeudi 9 janvier 2014
par Amitiés kurdes de Bretagne
L’affaire des trois militantes kurdes assassinées à Paris : « la procédure ira à son terme »
Rojbin, Sakine et Leyla
André Métayer, président des Amitiés kurdes de Bretagne, a remis ce 9 janvier à 11h30 un courrier à Manuel Valls, Ministre de l’Intérieur, en visite à Rennes dans le quartier du Blosne qui vient d’être classé ZSP, en attirant son attention sur la crainte qui habitent les Kurdes et les amis du peuple kurde, réunis dans la Coordination nationale Solidarité Kurdistan (CNSK), que l’affaire des trois militantes kurdes assassinées à Paris, il y a un an, ne soit étouffée au nom de la raison d’Etat. Le Ministre a répondu en substance que cette affaire lui tenait à cœur, qu’elle était compliquée, qu’il ne pouvait